Et si on mangeait local !

4846761_6_5bd9_la-proposition-de-loi-pour-favoriser-l-ancrage_5e50ddb217f85ab2720d4728c171d5f0

La proposition de loi qui entend « favoriser l’ancrage territorial de l’alimentation », portée par la députée Brigitte Allain (Dordogne, EELV), a été adoptée à l’unanimité. Elle fait suite à un rapport plutôt consensuel intitulé « Et si on mangeait local… », et prévoit, dans son article premier, l’introduction dans la restauration collective publique « de 40 % de produits issus de l’alimentation durable, locaux et de saison dès 2020 ».
« On devra également atteindre 20 % de bio à cette échéance, ce qui était l’objectif du Grenelle de l’environnement pour… 2012 ! », rappelle la députée. On en est actuellement bien loin : si 70 % des établissements de restauration collective en ont au moins proposé une fois dans l’année, les aliments bio ne représentent que 2,7 % de leurs achats au total.
L’observatoire de l’alimentation mesurera les progrès accomplis dans le cadre d’une « nouvelle mission pour veiller au développement des circuits courts et de proximité ». En revanche, aucune pénalité, notamment financière, n’est prévue en cas de non-respect de ces objectifs. Rien n’est dit, également, de la définition de « local », en termes de distance. Enfin, le texte n’aborde pas directement la question de la surconsommation de protéines animales, néfastes pour l’environnement.

Share and Enjoy

  • Twitter
  • LinkedIn
  • Google
  • Facebook
  • Email
  • RSS
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.